Cet article, détaillant les 5 buts du scoutisme de l’AGSE est tiré du site : www.scouts-europe.org


Le but du scoutisme : aider chaque jeune à devenir un homme ou une femme libre et responsable

Le but du scoutisme est d’aider chaque jeune à réussir sa vie et à être capable de jouer un rôle utile dans le monde qui l’entoure.

La vie scoute n’a de sens que si elle débouche sur le service des autres. C’est en ce sens qu’on a pu définir le scoutisme comme « le civisme à l’école des bois ». « Toujours prêt » : c’est la devise de tous les scouts du monde. Elle exprime bien cette volonté de servir.


Le développement harmonieux de la personnalité : cinq objectifs indissociables

La santé et le développement physique

Même au 21e siècle, il faut toujours apprendre à un enfant à se laver, à être propre, à s’approprier les règles d’hygiène. Si le sport s’est considérablement développé dans notre société, nombreux sont les enfants et les adolescents qui manquent de tonus, d’énergie, d’endurance, de souplesse. La vie au grand air permet de retrouver un équilibre de vie en harmonie avec la nature. Respecter son corps, c’est aussi le maîtriser, en apprenant aux jeunes à lutter non seulement contre l’usage du tabac, de l’alcool, mais aussi contre la banalisation de la toxicomanie ou celle des expériences sexuelles précoces.

La formation du caractère

Par les exigences de la vie communautaire, à l’école de la nature, le scoutisme développe les qualités nécessaires à la construction d’une personnalité solide : le courage, la volonté, la persévérance, le dépassement de soi. Il conduit chaque enfant à prendre progressivement confiance en lui. Il enseigne aussi la joie de vivre et invite chacun à une bonne humeur contagieuse. Il cherche aussi à apprendre à des jeunes surinformés à faire preuve de discernement, à développer le jugement et le sens critique. C’est là un des objectifs essentiels de la pédagogie des conseils.

Le sens du concret

À côté de la formation scolaire, intellectuelle et théorique, le scoutisme insiste sur le développement de la créativité, l’habileté manuelle, l’esprit pratique, le travail de ses mains. Loin du virtuel, le scout crée et construit.

Le don de soi

Le scoutisme est une école de service et de don de soi. Il vise à développer, à amplifier, à traduire en actes les capacités de générosité des jeunes. Il fait progressivement découvrir que le véritable bonheur, c’est le don de soi et le service.

Le sens de Dieu

Le scoutisme veut aider chaque jeune à savoir où il va, à trouver le sens de sa vie ; il veut être une occasion pour chacun de découvrir la présence de Dieu dans sa vie, en lui et dans les autres, de mieux le connaître, d’éclairer sa vie à la lumière des valeurs de l’Évangile.

La joie du louvetisme    

 

 Courte synthèse du louvetisme

Si on voulait faire une courte synthèse du louvetisme, on pourrait se limiter à trois points principaux. Ceux-ci n’englobent peut-être pas toute la méthode, mais ils ont au moins l’avantage de donner la ligne essentielle dont les cheftaines et louvetiers s’inspirent.

 

La vie de la clairière est, en effet, faite de la « jungle », de la « technique » et du « jeu louveteau », le tout déployé dans le cadre de la « famille heureuse » : base de tout l’édifice.

  1. La jungle, qui crée le domaine imaginaire de l’enfant où la louvette se retrouve entièrement.
  2. La technique qui donne le goût, le sens réel et l’habitude de l’effort et constitue les premières étapes dans l’apprentissage pratique de la vie.
  3. Le jeu (grande chasse) qui, sans exclure toutes ses autres possibilités, apprend surtout à bien jouer et donc à bien vivre.

Ces trois éléments ne sont pas dissociés car ils constituent la charpente presque complète du système.

 

 But du louvetisme

Le but du louvetisme est d’épanouir la personnalité des enfants en développant leur esprit de communauté, leur habileté manuelle, leurs aptitudes physiques dans un esprit chrétien, et de préparer ainsi l’enfant à son adolescence, à sa vie future d’adulte, « citoyen chrétien de notre pays ».

Pédagogie clip_image002

 Méthode employée

Notre méthode consiste à intéresser l’enfant à sa propre formation, grâce au système des étapes qui l’incite à se dépasser. La méthode est fondée sur la psychologie de l’enfant, elle répond admirablement à ses aspirations.

À la clairière, la louvette se sent chez elle, tout y est à sa portée, elle est dirigée par des cheftaines soucieuses de la former. La clairière est une famille, « non pas seulement une famille, nous dit notre fondateur Robert Baden-Powell, mais une famille heureuse », dont la joie est l’élément dynamique et dont le cadre de vie est emprunté à l’histoire de Mowgli du Livre de la jungle de Rudyard Kipling.

Les éléments essentiels à l’épanouissement de l’enfant sont donc ici tout à fait réunis, à savoir : l’affection — la joie — l’imagination — la confiance.

Exposer la méthode sans rappeler l’importance du jeu aurait été un manque considérable : « Le jeu est le premier grand éducateur » (Robert Baden-Powell).

 

Le jeu est indispensable à l’épanouissement général de l’enfant, il apporte une aide appréciable à son développement social. Bien jouer constitue une vraie formation du caractère..

 

 La famille heureuse

La famille heureuse, cadre de vie et d’épanouissement de l’enfant, est un des grands principes de la méthode louvetisme et repose entièrement sur le chef d’unité appelé Akela.

Akela est le pivot de cette famille par qui tout passe : la meute ou la clairière est une « famille heureuse », dont tous les membres ont promis d’être loyaux à Dieu, dont la devise est de « faire de son mieux ».

L’idée de fraternité est fondamentale dans le louvetisme. La meute ou la clairière forme une vraie famille heureuse, composée de petits frères ou sœurs loyaux et aimants. L’enfant devient partie intégrante d’un tout. Chaque enfant a son rôle, sa place, chacun est indispensable, chacun y est heureux pour que la famille se juge au complet.

Tout ceci fait entrer dans la vie de l’enfant une joie véritable, constante et durable. Par son passage dans l’unité louvetisme, l’enfant aura formé son caractère et pris une provision de joie et de bonheur indispensables à son enfance.

 

Cet article est tiré du site des Guides et Scouts d’Europe (www.scouts-europe.org)